VALEURS DU RUGBY ET VALEURS D’ENTREPRISES

Nous venons d’être les témoins d’une terrible guerre entre Conforama et FNAC pour conquérir Darty. La stratégie du retailer devrait s’en trouver profondément modifiée après qu’il ai déposé les armes devant son vainqueur. Les grandes manœuvres des deux camps se sont déroulées sont la surveillance d’un « gouvernement de combat » qui doit mener une rude bataille sur le front de l’emploi.

Nombreux sont les exemples empreints de vocabulaire guerrier, qui illustrent la ressemblance entre l’économie de marché et les compétitions de rugby professionnel. Communauté de mots et communauté de valeurs ? Jusqu’où faut-il tenter d’inculquer les valeurs du rugby dans l’entreprise ? Quels sont les enjeux et les limites de cette tendance ?

Le rugby, « sport de voyou pratiqué par des gentlemen », est considéré comme porteur des valeurs sportives les plus estimables voire même des valeurs humaines par excellence. Il est donc tentant, pour les managers, de céder à la mode de faire appliquer ces belles valeurs dans leurs entreprises, ou, pour les coaches et tous les conseillers, de les inculquer dans celles qu’ils conseillent de manière avisée. Les mots qui disent les valeurs du rugby sont beaux. Je les ai entendus, à plusieurs occasions, prononcés par Daniel Herrero, poète de l’Ovalie que j’ai eu le plaisir de rencontrer il y a quelques mois, ce pays ou le ballon ne tourne pas rond et rebondi dans toutes les directions en vous rendant fou…

QUELLES VALEURS ?

Quelles sont donc ces valeurs sportives que les manageurs veulent s’approprier pour faire progresser leur entreprise ?

L’esprit d’équipe en premier lieu

La coopération ou l’esprit d’équipe est la valeur première de ce sport : elle dit le groupe qui prime sur l’individu. Elle nous dit que personne ne gagne tout seul au rugby, qu’il est indispensable s’appuyer sur les co-équipiers en même temps que l’on offre son soutien aux autres membres du groupe. Le combat rugbystique prolonge le sens de cette notion de coopération car elle intègre aussi la notion d’abnégation : je soutiens mon co-équipier dans toutes les situations, quoiqu’il m’en coûte y compris si je dois encaisser un « tampon » brutal pour le sortir de sa mauvaise situation. C’est le don de soi, de son corps, littéralement et physiquement. Pas seulement une promesse, une réalité parfois terrifiante et souvent douloureuse jusque dans les os.

Le respect bien sur

Nous sommes donc une équipe, ou chacun se donne à l’autre, aux autres, afin d’être dans les meilleures dispositions pour l’affrontement sportif.

Affrontement ? Il y a donc un adversaire ? Au rugby, il y en a plusieurs. Le terrain couvert de boue, de neige ou parfois aussi pelé et dur qu’un caillou. Comme au golf, et j’en sais quelque chose (…). Le ballon, ovale, fuyant et trompeur que l’on doit aimer au point de ne plus le lâcher. L’arbitre, dont les décisions, aussi humaines soient elles, sont parfois inhumaines à comprendre. Le règlement, précis ou ouvert à l’interprétation. Le rugby est donc un sport d’opposition à un adversaire encadré par de nombreuses contraintes. La deuxième valeur véhiculé par le rugby est le respect : de l’adversaire, du ballon, de la règle et de l’arbitre. C’est dans cette acceptation de l’autre, de la contrainte que l’on conserve sa pugnacité à déjouer les pièges du ballon, à refuser le mauvais sort arbitral et à vaincre avec panache un adversaire que l’on craint.

Le courage individuel, une évidence

Car on le craint cet adversaire. Il est très rare qu’une équipe de gaillards de l’ovalie rencontre un club de tricot venu par hasard s’essayer à un autre loisir. L’adversaire est rapide, gros, grand, dur et pénible… très pénible. C’est la troisième valeur du rugby qui permet de faire sortir chacun des vestiaires pour venir à l’affrontement, le courage individuel. Ce sport ouvert à tous les gabarits de joueurs met parfois en opposition, pour un combat corne-à-corne, sur une même trajectoire, un bison et une gazelle. Et si vous avez pu convaincre la gazelle de rentrer sur un terrain peuplé de bison, c’est sans doute grâce à cette notion de courage individuel.

La solidarité, pour être plus forts, ensemble

L’esprit d’équipe, le respect et le courage individuel combinés permettent d’instaurer la quatrième valeur rugbystique : la solidarité. Solidarité dans la victoire mais encore plus dans la défaite, la tête basque (pardon basse…). Mais aussi dans la défaite dont la responsabilité est portée collectivement. Au rugby, on ne perd pas à cause de l’arrière qui a raté un placage ou du pilier qui s’est effondré plusieurs fois. On perd à cause d’une conquête désastreuse, d’une faillite des lignes ou des choix hasardeux de l’entraîneur. C’est tout le groupe qui échoue à marquer plus ou à encaisser moins de points que son adversaire. Désigner untel ou un autre à la vindicte est l’affaire de la presse et du café du commerce, pas de l’équipe.

L’intelligence tactique, seul et ensemble

Que faire de ce groupe de sportifs vaillants, soudés, qui avancent ensemble et respectent leur adversaire ? Lancer les gros à l’assaut au milieu ? Infiltrer les ailiers dans les trous de souris laissés par la défense adverse ? Donner un coup de pied par-dessus cette défense ? Ce n’est pas écrit comme dans une méthode de gestion… C’est la cinquième valeur qui le dicte : l’intelligence tactique. Les acteurs sont variés et les choix tactiques doivent l’être aussi. Ils doivent aussi être adaptés à ses co-équipiers, ses adversaires, les contraintes du jour… Le capitaine, le numéro 9 et le numéro 10 sont les managers de cette stratégie. Ils connaissent les forces et faiblesses de leurs coéquipiers. A ce titre, ils sont aussi la cible des raids musclés de leurs adversaires : surveillés comme le lait sur le feu, ils prendraient la marée défensive à chacune de leurs interventions si les autres joueurs n’étaient pas capables de prise d’initiatives, de leur offrir des solutions pour que le ballon continue de vivre. La prise d’initiative est la sixième valeur de rugby.

La Rugby Academie Laurent Galindo l’a bien compris. Elle propose des séminaires de Team Building où les salariés peuvent simuler des phases de jeu, des tactiques, des stratégies et ainsi de projeter dans un modèle différent de celui de l’entreprise. Anticiper des situations, mieux gérer l’échec, rebondir face à une situation difficile, se focaliser sur l’objectif, arriver à une performance individuelle et collective…

La prise d’initiative, pour surprendre

Pour que cet ensemble avance de manière coordonnée, que la prise de responsabilité tactique s’enchaîne parfaitement avec la prise d’initiative, il faut que les capacités de chacun soient adaptées au poste occupé et cohérentes avec celles des autres coéquipiers : vitesse, force, technique individuelle, résistance à l’effort. Pour cela, il faut s’entraîner, à la nuit tombante sur des terrains gelés ou en plein après-midi par 40° à l’ombre, courir, pousser, sauter, plaquer. C’est la septième valeur du rugby qui rentre en ligne de compte : il faut avoir le goût de l’effort.

La convivialité, valeur fondatrice et de terroir

Mais au bout de ce chemin, quand l’application de toutes ces valeurs, sur un terrain à l’herbe grasse, lorsque vous levez les bras en signe de victoire, que l’adversaire vaincu mais respecté vous fait une haie d’honneur jusqu’au vestiaire, vous vous dirigez vers le moment de l’ultime valeur du rugby, vers la convivialité, vers la célébrissime et fameuse troisième mi-temps.

Les valeurs qui comptent en entreprise

Il convient d’observer que ces valeurs de l’Ovalie, que je viens de décrire ne sont pas celles qui comptent dans les entreprise.

Les valeurs partagées par le dirigeant

Les valeurs les plus souvent citées par les entrepreneurs Français sont présentées ici par ordre de préférence :

L’innovation
Le respect
L’intégrité
L’esprit d’équipe
La satisfaction client
La responsabilité
La performance
La confiance.

On peut noter que l’intégrité est beaucoup plus importante que la confiance et que l’esprit d’équipe est préféré à la performance. Faire corps pour aller plus loin, plus haut, plus fort…

Autant dire qu’à part l’esprit d’équipe et le respect, les valeurs véhiculées par le rugby ne sont que très peu en phase avec les valeurs préférées des dirigeants. Alors, d’où vient cette attirance pour les valeurs du rugby ? Des salariés?

Le cabinet Alteem intervient lors de séminaires en entreprises pour des animations avec des professionnels du rugby (souvent d’anciens joueurs de haut niveau) pour mettre en avant les valeurs de l’entreprise et du rugby.

Les valeurs partagées par les salariés

Elles sont un peu différentes, mais se rejoignent. Les voici présentées ici par ordre d’importance :

L’adaptabilité
Le professionnalisme
Le travail en équipe
La satisfaction client L’honnêteté
L’écoute
L’attitude positive
La confiance
La communication
Les aspirations des salariés sont encore moins proches des valeurs du rugby que les aspirations des dirigeants : seul l’esprit d’équipe subsiste.

Quelle place pour les valeurs du rugby dans l’entreprise ?

Les valeurs du rugby, nous l’avons vu, sont tournées vers l’autre : coopération don de soi, abnégation, prise d’initiative…

Les valeurs de l’entreprise et les aspirations des salariés sont tournées vers soi. Même si l’on trouve le lien du travail en équipe et de l’esprit d’équipe sous-jacent.

Les valeurs du rugby au quotidien

Les valeurs du rugby n’ont-elles de sens que sur un terrain ? Evidemment, parce que sur le terrain, l’objectif (gagner ensemble), les moyens sont communs (la préparation), l’outil (le ballon) sont identiques à ceux de l’adversaire.

Dans la vie de l’entreprise, si l’objectif du dirigeant et de ses salariés reste commun (gagner en performance), le moyen appartient au dirigeant, c’est une différence majeure. Et l’esprit de défiance qui en découle parfois est un obstacle définitif au partage des valeurs du rugby dans l’entreprise.

Néanmoins, les valeurs du rugby sont des valeurs tournées vers les autres, donc des valeurs pour soi. Elles n’ont d’utilité qu’à être appliquées individuellement par tous, de la base de la pyramide au sommet. Jusqu’à ce que la prise d’initiative devienne une innovation, dignement fêtée dans une troisième mi-temps d’anthologie.

Les valeurs du rugby en mode projet

Il existe cependant un biais pour introduire les valeurs du rugby dans l’entreprise. A notre sens, la constitution d’une équipe projet est le meilleur vecteur de ces valeurs dans l’entreprise. On le rencontre très souvent ici dans les entreprises aéronautiques ou de sports de glisse. Au demeurant, les similitudes entre l’équipe projet et l’équipe de rugby sont plus nombreuses qu’avec l’entreprise. La taille d’une équipe projet est plus proche de la taille de l’équipe sportive. Le but est commun et le directeur de projet tient lieu de coach.

C’est d’ailleurs dès la constitution de son équipe que le directeur de projet doit essayer de choisir les membres parmi ceux qui véhiculent ou présentent le plus d’affinités avec les valeurs de rugby. Autour de ce noyau, il constitue l’équipe projet ou il laissera s’exprimer ces valeurs.

Au directeur de projet d’inculquer les valeurs d’esprit d’équipe, de respect et de solidarité à son groupe d’expert. Car il lui revient de faire avancer l’équipe projet ensemble, en respectant les jalons et les délivrances de livrables. Il lui revient d’empêcher que les équipiers ne se « tirent la bourre » au lieu de se challenger. A lui d’organiser la mise en commun des connaissances et d’éviter la rétention d’information.

A lui aussi de favoriser l’expression du courage individuel, de l’intelligence tactique et de la prise d’initiative. Que chacun, timide ou « grande gueule » s’exprime naturellement dans la plus grande bienveillance et apporte, sans qu’on le lui impose, le meilleur de son métier ou de ses compétences.

Enfin, à lui aussi de ménager des plages de convivialité, pour créer du lien et donner de la cohérence à l’ensemble de sa démarche. De permettre ces moments hors projet ou l’équipe se retrouve dans un moment de détente pour solder l’ardoise des tensions, des reproches et des non-dits. Une troisième mi-temps.

Un point reste cependant à ouvrir et à éclaircir : la méthode « Scrum » (mêlée en anglais) respecte-t-elle les valeurs du rugby ? C’est un autre débat…

(Extrait d’une conférence co-animée par Marc Liévremont et Serge Camguilhem du Cabinet Alteem pour l’agence Le Cercle Evénement dans une grande entreprise aéronautique : Safran)

Lien : Article Le Figaro

2 Comments
  • Maset
    Posted at 10:15h, 28 décembre Répondre

    Article intéressant… confrontant même ! Je reste persuadé que « les valeurs » ne sont que les résultantes de l’organisation fondamentale d’une équipe de Rugby. Les règles sont « premières » et sans être « secondaires » les valeurs viennent ensuite. À suivre…

    • serge
      Posted at 17:38h, 29 décembre Répondre

      Bonsoir Thierry,

      Je vous suis parfaitement sur la notion de cadre que les règles vont apporter à la pratique structurée et contrôlée du jeu. Néanmoins, sans les valeurs partagées et l’engagement le cadre reste seulement un « garde fous » et l’ADN de l’équipe se voit contraint à suivre un protocole plutôt que d’exprimer ses convictions et sa passion. L’entreprise se comporte comme telle. Même si elle est de plus en plus cadrée (au niveau RH, de ses process, au niveau financier, fiscal…) sans avoir fixé les valeurs partagées, le cap, la destination et les moyens de ses ambitions, elle ne peut s’exprimer pleinement sur son marché et développer les potentiels de ses collaborateurs.

      Je vous remercie de votre commentaire et de suivre l’actualité du cabinet. Vous pouvez aussi nous retrouver sur la page Alteem de Facebook et sur LinkedIn.

Post A Comment

SE RENCONTRER, ECHANGER

Siège social
8, Domaine des Jardins du Frat
40510 Seignosse
(Sur rendez-vous uniquement)

Bureau du Pays-Basque
1, Av. de la Reine Nathalie
64200 Biarritz
(Sur rendez-vous uniquement)

06 71 90 87 43

Suivre les actualités du cabinet Alteem