Pet Rock: un concept marketing

ACHETEZ UN CAILLOU DE COMPAGNIE

Connaissez vous le Pet Rock (« Caillou de compagnie ») ? Vendre un caillou qui puisse devenir votre animal de compagnie. Bien plus qu’une idée, un concept marketing qui aide à se forger une pensée marketing.

Je me souviens que notre professeur de marketing à l’Humberside University Business School nous avez raconté cette petite histoire (parmi tant d’autres) qui a peut être été le Kick Off de mon raisonnement marketing et peut être de ma vision de la gestion de la relation client.

L’idée est aussi simple que fantasque : commercialiser un caillou ! Nous faire acheter un caillou de compagnie…

Cette idée saugrenue vient de Gary Dahl (1936-2015) un citoyen Américain née en Californie. Le premier Pet Rock est une roche ordinaire de couleur grise que Gary achète dans un magasin de construction et qu’il décide de vendre comme étant un animal vivant. Loufoque, bizarre, dérangé… les qualificatifs ne manquent pas lorsque les premiers futurs clients découvrent le « produit ». Dans le fait d’acheter un caillou de compagnie l’idée est bien moins folle qu’elle n’y parait.

En 1975, Gary Dahl décide de créer la « Rock Bottom Productions », une entreprise dont le métier est de commercialiser des cailloux de compagnie. Pour acheter un caillou de compagnie il vous faudra débourser 3,95 $ US l’unité. Un prix bas pour ne pas donner l’impression de se moquer des clients mais pas trop pour donner de la valeur au produit.

Les cailloux importée sont importés de Rosarito Beach au Mexique, sont emballées dans une petite boîte trouée, qui ressemble à une cage pour animaux. Gary induit immédiatement la notion d’être vivant dans son produit et crée ainsi un lien affectif avec le produit.

La Pet Rock incarne le produit et le rend vivant

Dans la boite est inclus un Pet Rock Training Manual (Manuel d’Entrainement de la Roche de Compagnie) avec des instructions concernant la façon de l’élever et d’en prendre soin. Gary donne du sens au produit en lui conférant les attributs supposés d’un animal de compagnie. Ainsi le caillou de compagnie n’est plus un objet inerte mais le caillou de compagnie, l’animal dont il faut prendre soin.

On peut ainsi lire  dans ce manuel « Si, lorsque vous sortez le rocher de sa boîte, qu’il semble être un peu énervé, placez-le sur quelques vieux journaux». Le manuel d’instruction contient aussi quelques tours que l’on peut apprendre à ce nouveau compagnon. Comme un jeune chaton ou chiot. Les ordres « pas bouger » et « assis » sont plutôt simples à lui faire exécuter, mais « tourne sur toi-même » est plus difficile car le mouvement nécessite l’intervention de l’entraîneur. « Au pied » est impossible à apprendre pour un caillou de compagnie, ce qui est somme toute assez peu étonnant, mais « attaque » est assez facile avec un peu d’aide de l’entraîneur. Gary montre que le lien avec le caillou de compagnie doit être actif. Si le client est acteur il développe un lien plus fort avec le produit comme nous le savons bien en marketing.

Le caillou de compagnie Pet Rock

      Gary Dahl, l’inventeur du Pet Rock

L’idée est bien sur de créer une habitude, un rituel entre le caillou de compagnie et son maitre.

La popularité des Pet Rock ne dure que six mois, se terminant à la saison de Noël en  Gary Dahl millionnaire.

Qu’elle leçon devons-nous en tirer en terme de marketing ?

Au delà du caillou, qui n’est en fait qu’un support vous l’aurez compris, ce qui est intéressant de retenir c’est :

  • que tout se vend a partir du moment où votre produit ou service répond à une demande
  • que ce qui parait hors norme, codes ou habitudes peut avoir sa place
  • qu’un produit doit s’accompagner nécessairement de services (ici le manuel) et d’un imaginaire (ici une histoire, un story telling fort)
  • qu’un le fait qu’un simple caillou (ou support) peut devenir la représentation physique de l’envie de milliers d’Américains de câliner, de prendre soin d’un être cher mais aussi, surement, le témoin, le marqueur d’un mal plus profond: l’isolement et le manque d’affection de certaines personnes

J’ai plaisir à raconter l’histoire de Gary lors de mes interventions en Marketing que ce soit en Ecole de Commerce comme à l’ESC Pau ou à la CCI de Bayonne Pays Basque. Et les étudiants sont toujours très sensibles à ces petites histoires qui permettent d’introduire des concepts marketing et commerciaux plus profonds.

Alors chefs d’entreprise et managers, cherchez vos petits cailloux dans votre offre de produits et de service et n’ayez pas peur d’oser !

6 Comments
  • Dargeant
    Posted at 14:07h, 03 août Répondre

    C’est excellent !
    Merci pour cette fable marketing qui va m’aider dans mes recherches et réflexions pour décloisonner nos codes dans le milieu de l’industrie.

    • serge
      Posted at 12:01h, 04 août Répondre

      Bonjour Monsieur,

      Je vous remercie pour votre contribution. Je suis ravis que cette petite histoire puisse vous aider à penser différemment ou du moins éveiller une autre façon d’aborder la conception, le développement et la commercialisation d’un nouveau produit ou service dans votre organisation. C’était l’idée de ce post.
      Ce « petit caillou » est un symbole. Son interprétation et sa portée restent donc toute personnelle et en intégrant certains de vos managers leaders vous allez vite voir les idées apparaitre et un mind mapping vous aidera à les organiser. Je ne doute pas que votre équipe et vous même soyez imaginatifs et productifs.

      Je vous souhaite une excellente trêve estivale et je reste à votre écoute.

      Serge Camguilhem

    • serge
      Posted at 16:12h, 16 août Répondre

      Je vous remercie. Elle est en effet inspirante. Travaillez votre inspiration, faites du benchmarking et vous aurez l’inspiration.
      Je serais là si vous avez besoin pour vous conseiller dans la mise en place de la stratégie de développement.

  • Jean christophe
    Posted at 00:52h, 24 avril Répondre

    Bonjour,
    Je reste encore bouche bée et ébahi du récit que vous dresser afin de nous partager cette histoire insolite et à la fois si ordinaire qui, je le penses, nous apprends à nous aimer.
    Ma compagne et moi même, en crise depuis quelques années, avons trouvés dans votre démarche une vraie ode à la paix intérieure et à l’amour de soi et des autres sans limites aucune, ainsi puis je exprimer toute ma gratitude dans ce message, reflet de l’amour que nous portons à toute chose y compris les plus désuètes, Tout comme le disait Confucius “Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions.” et ainsi votre produit m’a tout simplement appris à me comprendre moi même et ma femme.
    Amitiés Jean Christophe et Suzanne

    • serge
      Posted at 07:42h, 25 avril Répondre

      Bonjour Jean Christophe et Suzanne,
      A moi de vous remercier pour ce très sympathique message et avoir partagé cette reflexion de Confucius qui devrait être pour chacun un invitation à un peu plus d’introspection.
      Je vous souhaite à votre compagne et vous même sérénité et projection.
      Amicalement.
      Serge

    • serge
      Posted at 16:08h, 16 août Répondre

      Je vous remercie.
      Comprendre et aimer sa route est souvent plus inspirant que la destination. Il en va de même pour le marketing et la stratégie d’entreprise. C’est tout aussi passionnant que d’essayer de mieux se connaitre et d’être meilleur envers les autres.
      Bonne route à vous même et à votre compagne.

Post A Comment